26 septembre 2017

Trois victimes d’actes criminels toujours pénalisées par l’aide sociale

Une décision du Tribunal administratif du Québec (TAQ) confirme que les trois victimes d’actes criminels prestataires de l’aide sociale ne pourront pas conserver leurs indemnités. Une injustice qui a assez duré, s’indignent des groupes communautaires.



30 mai 2017

La survie des organismes communautaires menacée

Partout à travers le Québec, les organismes communautaires autonomes en santé et services sociaux (OCASSS), incluant les membres du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale, participent à un die-in devant les bureaux de leurs députéEs provinciaux.

logo
15 mai 2017

Pétition contre l’extradition de madame M.M.

Merci de signer la pétition et de la diffuser le plus largement possible.

>> Signez la PÉTITION

Résumé de la pétition, en français

Trudeau : Empêchez l’extradition illégale de M. M., une survivante monoparentale de violence conjugale

La pétition interpelle le premier ministre Justin Trudeau. On lui demande de faire preuve de solidarité envers M. M., une canado-américaine, mère de trois enfants, dont le seul crime est d’avoir voulu protéger ses enfants de la violence. M. Trudeau est informé que le Canada veut extrader M. M. aux États-Unis où elle n’aura pas accès à une défense adéquate et risque plusieurs années d’emprisonnement.

La pétition rappelle que la loi canadienne sur l’extradition permet au gouvernement de refuser une extradition parce que cela serait « injuste ou tyrannique compte tenu de toutes les circonstances ». Cette extradition contreviendrait aussi à la Charte des droits et libertés canadienne parce que de « nature à choquer la conscience de Canadiens » en portant atteinte au principe de justice fondamentale.

Le texte de la pétition exprime l’indignation ressentie par la décision de la ministre de la Justice Wilson-Raybould de maintenir la décision du gouvernement Harper d’extrader M. M. L’auteur déplore que la ministre adhère aux préjugés concernant les violences conjugales et familiales. Par exemple, la ministre souligne que M. M. « a privé [le père] de la possibilité raisonnable de visiter ses enfants » malgré les nombreuses preuves de la violence du père envers les enfants. La ministre met en doute les affirmations des enfants parce qu’ils n’ont pas porté plainte aux autorités. La ministre reproche aussi à M.M de ne pas avoir utilisé les voies légales.

L’auteur rappelle que M. M. ne serait pas reconnue coupable au Canada d’avoir protégé ses enfants du danger imminent d’être maltraités par leur père. Puisque l’État de la Géorgie ne reconnaît pas de défense analogue à celle prévue au Canada par l’article 285 du Code criminel, M. M. risque d’être condamnée à plusieurs années de prison si elle est extradée.

La pétition rappelle les engagements du premier ministre qui déclare comprendre les femmes qui fuient la violence et lui demande de mettre fin au processus d’extradition de M.M.

Accéder à la section membres

Conception: Coopérative Molotov
Logo et identité visuelle : Rouleau Paquin.com