17 avril 2018

La Coalition féministe contre la violence envers les femmes (CFVF) rencontre l’ONU

Montréal, le 17 avril 2018 – La CFVF rencontre cet après-midi la Rapporteure spéciale de l’Organisation des Nations unies sur la violence contre les femmes. Alors que les taux de dénonciation diminuent (de 30 à 22% en violence conjugale et de 10 à 5% en agressions sexuelles), que les agressions sexuelles et les séquestrations augmentent, que les conditions de vie des femmes se détériorent, et que les groupes qui œuvrent au plus près des femmes luttent pour leur survie faute de financement, l’état des lieux est inquiétant.



19 mars 2018

Femmes victimes de violence et système de justice pénale : expériences, obstacles et pistes de solution

Cette recherche s’appuie sur les témoignages de 52 femmes victimes de violence conjugale, d’agressions sexuelles ou d’exploitation sexuelle, vivant dans 10 des 17 régions administratives du Québec. Elle vise à favoriser la recherche, l’information, la sensibilisation et la formation en matière d’aide aux victimes d’actes criminels.

logo

COMMENT S’EXERCE-T-ELLE ?

Pour isoler sa victime et brimer sa liberté, l’agresseur crée tranquillement, à coups de stratégies, un piège semblable à une toile d’araignée. Il construit délibérément, à partir de la répétition du CYCLE DE LA VIOLENCE, un contexte duquel il sera de plus en plus difficile d’échapper.

 

Le cycle de la violence est constitué de 4 phases. Elles ne sont pas toujours présentes à chaque épisode de violence, mais agissent à un moment ou un autre. Ces phases sont provoquées et initiées par l’agresseur afin d’isoler et de soumettre sa victime.

La façon de faire est relativement simple : deux phases agissent pour contrôler la victime (phases de tension et d’agression) et deux autres visent à retenir la victime et l’empêcher de quitter l’agresseur (phases de justification et de réconciliation).

Accéder à la section membres

Conception: Coopérative Molotov
Logo et identité visuelle : Rouleau Paquin.com