Montréal, 29 septembre 2021 – C’est avec tristesse et consternation que le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale a appris la mort d’une quinzième femme aux mains de son ex-conjoint. Ce féminicide s’ajoute au double infanticide commis il y a moins d’une semaine dans un contexte de violence conjugale post-séparation.  

 Alors que le bilan ne cesse de s’alourdir de semaine en semaine, portant le total à 15 féminicides, 40 orphelins et 2 infanticides liés à la violence conjugale en seulement neuf mois, Chantal Arseneault s’inquiète :

« Ce terrible décompte ne doit surtout pas nous désensibiliser à ces morts violentes, qui représentent l’ultime prise de contrôle d’un homme sur sa conjointe, parfois même à travers ses enfants. Au contraire, nous devons redoubler de vigilance et d’ardeur pour mettre fin à cette violence historique envers les femmes » invite la présidente du Regroupement. « La violence conjugale n’est pas un fait divers, et ne devrait jamais être traitée comme tel » ajoute-t-elle. 

 Si plusieurs annonces constructives ont été faites dernièrement par le gouvernement, notre Regroupement et ses 43 maisons membres insistent sur l’urgence de mettre en œuvre les 190 recommandations du rapport Rebâtir la confiance à un rythme soutenu. 

Ce déploiement requiert d’impliquer les professionnel.le.s d’une grande diversité de domaines (justice, santé, services sociaux, police, etc.) pour tisser un filet de sécurité le plus étanche possible autour des femmes victimes de violence conjugale, et de leurs enfants.  

 Le Regroupement rappelle que les proches peuvent appeler une maison d’aide et d’hébergement pour obtenir des conseils et des ressources s’ils et elles sont inquiet.e.s pour une amie, une collègue ou une sœur.  

« Ne relâchons pas les efforts, car toutes les femmes ont droit à la sécurité, à l’intégrité et à la liberté » conclut Chantal Arseneault. 

– 30 – 

 

Information : 

Fanny Guérin, responsable des communications et des relations de presse
Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale
fguerin@maisons-femmes.qc.ca / 514 754-1057 

 

À propos du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale 

De par sa mission d’éducation, de sensibilisation et d’action, le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale contribue à faire évoluer les lois et les politiques afin de rendre plus adéquates les mesures de protection pour les femmes et enfants victimes de violence conjugale. Dans une perspective de prévention, il déploie un éventail de stratégies pour aider tous les acteurs de la société québécoise à mieux comprendre, dépister et agir en matière de violence conjugale.  

En 2019-2020, ses 43 maisons membres ont hébergé quelque 2 700 femmes et 2 200 enfants. C’est sans compter les femmes et les enfants qui ont reçu plus de 17 700 services autres que l’hébergement (consultations externes, accompagnement, suivi post-hébergement, etc.). 

Partager
15 féminicides et 2 infanticides en contexte de violence conjugale : Redoubler d’efforts et d’attention


Partager sur