Montréal, le 15 octobre 2021 – Le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale accueille favorablement la nouvelle Aide financière d’urgence pour les victimes de violence sexuelle ou conjugale annoncée aujourd’hui par le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette et la ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest. 

« Toute mesure supplémentaire pour protéger les victimes de violence conjugale, notamment celles qui sont le plus fragiles économiquement, est bienvenue! Ce nouveau programme permettra de faciliter l’accès aux maisons d’aide et d’hébergement pour les femmes qui ont besoin en urgence de quitter leur domicile » se réjouit Mathilde Trou, coresponsable des dossiers politiques au Regroupement.  

La mise sur pied de ce programme, à laquelle le Regroupement a collaboré, vise à lever les obstacles financiers pour les femmes victimes de violence conjugale qui se trouvent dans un contexte d’urgence, en couvrant des dépenses telles que le transport ou les besoins de première nécessité en vue de se rendre en maison d’hébergement.  

« On constate qu’une grande proportion de femmes hébergées dans nos maisons membres vivent avec un faible revenu. Ce qu’on veut éviter absolument, c’est que certaines d’entre elles demeurent dans un environnement violent faute de moyens financiers pour quitter » ajoute Mathilde Trou.  

Soutenante, l’AFU est une mesure supplémentaire pertinente pour les victimes de violence conjugale. Toutefois, comme il s’agit d’une aide ponctuelle et temporaire, elle ne comblera en aucun cas la nécessité d’avoir encore davantage de mesures sociales et structurantes pour assurer la sécurité des femmes victimes de violence conjugale. 

– 30 –

Information :

Fanny Guérin, responsable des communications et des relations de presse
Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale
fguerin@maisons-femmes.qc.ca / 514 754-1057

À propos du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale

De par sa mission d’éducation, de sensibilisation et d’action, le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale contribue à faire évoluer les lois et les politiques afin de rendre plus adéquates les mesures de protection pour les femmes et enfants victimes de violence conjugale. Dans une perspective de prévention, il déploie un éventail de stratégies pour aider tous les acteurs de la société québécoise à mieux comprendre, dépister et agir en matière de violence conjugale.

En 2019-2020, ses 43 maisons membres ont hébergé quelque 2 700 femmes et 2 200 enfants. C’est sans compter les femmes et les enfants qui ont reçu plus de 17 700 services autres que l’hébergement (consultations externes, accompagnement, suivi post-hébergement, etc.).

Partager
Aide financière d’urgence : une solution supplémentaire pour la sécurité des femmes victimes de violence conjugale


Partager sur