Budget 2021 et violence conjugale : Répondre à l’urgence avec des miettes

Montréal, le 25 mars 2021 – Le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale est outré par la teneur du budget 2021 qui octroie des miettes aux maisons d’aide et d’hébergement, qui sont pourtant sur la ligne de front pour assurer la sécurité des femmes et des enfants.

« 4,5 millions par an supplémentaires, ça représente à peine 10% des besoins que le Regroupement réclame pour consolider et développer le réseau des maisons d’aide et d’hébergement en violence conjugale. » souligne Chantal Arseneault, présidente du Regroupement.

L’actualité des dernières semaines réaffirme l’urgence de renforcer le filet de sécurité autour des femmes. « Nous sonnons l’alarme depuis des mois. À de nombreuses reprises nous avons fait part de nos craintes au gouvernement concernant la sécurité des femmes victimes de violence conjugale, les rapports de comités se sont multipliés : pourtant, nous n’avons pas été entendues. En 2020, 8 femmes ont été tuées. Même les 7 femmes assassinées récemment, et les 14 enfants orphelins laissés derrière elles, n’ont pas fait bouger le gouvernement. Qu’est-ce que ça va prendre pour affirmer haut et fort que la sécurité des femmes et des enfants, ça n’a pas de prix? » s’alarme Chantal Arseneault.

Encore une fois, nos maisons vont devoir porter à bout de bras un réseau à bout de souffle. « Pour répondre adéquatement à toutes les demandes d’aide des femmes, nous devons délaisser d’autres aspects essentiels et complémentaires de notre mission : la prévention, la sensibilisation, la formation et le soutien à d’autres professionnel.le.s. Ça revient à reporter encore à plus tard le changement des mentalités si nécessaire », ajoute Madame Arseneault.

À la suite du premier ministre Legault et de la ministre Charest, le ministre Girard a rappelé aujourd’hui que « si des sommes supplémentaires sont nécessaires, elles seront allouées ». Après 7 féminicides en 7 semaines et 3 tentatives de meurtres rapportées, il n’est plus temps de parler, il est temps d’agir : il faut débloquer ces sommes dès maintenant, pour soutenir le réseau des maisons mais aussi pour mettre en œuvre urgemment les recommandations du Comité d’experts sur l’accompagnement des victimes d’agressions sexuelles et de violence conjugale et du Comité d’examen des décès liés à la violence conjugale.

 – 30 –

Information :

Fanny Guérin, responsable des communications et des relations de presse
Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale

Courriel : fguerin@maisons-femmes.qc.ca
Cellulaire. : 514 754-1057

 

À propos du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale

De par sa mission d’éducation, de sensibilisation et d’action, le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale contribue à faire évoluer les lois et les politiques afin de rendre plus adéquates les mesures de protection pour les femmes et enfants victimes de violence conjugale. Dans une perspective de prévention, il déploie un éventail de stratégies pour aider tous les acteurs de la société québécoise à mieux comprendre, dépister et agir en matière de violence conjugale.

En 2019-2020, ses 43 maisons membres ont hébergé quelque 2 700 femmes et 2 200 enfants. C’est sans compter les femmes et les enfants qui ont reçu plus de 17 700 services autres que l’hébergement (consultations externes, accompagnement, suivi post-hébergement, etc.).

 

Partager
Budget 2021 et violence conjugale : Répondre à l’urgence avec des miettes


Partager sur